Critiques et tests RSS

  • 2 juin 2020
    0 personne sur 2 a trouvé cette critique utile.
    Avant-propos.

    J'ai eu le plaisir de pouvoir jouer à Landes Eternelles à des époques différentes, avec des implications plus ou moins importantes et des attentes plus ou moins fortes. J'estime donc être en droit de pouvoir m'exprimer objectivement sur un jeu que j'apprécie par certains côtés malgré des points plus critiquables.

    Le premier élément à constater en lisant toutes les critiques, c'est leur binarité (les notes données en sont un excellent reflet) . Dans une précédente critique, Phedre constate qu'il est impossible de rester indifférent à Landes Eternelles, ce qui est l'essence même du jeu. Je vais donc essayer d'offrir une critique la plus objective possible, en ciblant les éléments tant positifs que négatifs afin d'offrir une vision réaliste.

    I - Le GamePlay (GP)

    Très diversifié, le GP est plaisant à utiliser.
    Débutons par l'élément central de tout jeu, son GamePlay (GP) . Sans trop rentrer dans les détails, il est très riche. Les personnages peuvent se décliner selon plusieurs axes, métiers, compétences. Il existe une grande variété d'objets à fabriquer, ce qui fait que chacun peut apporter une pierre à la conception d'éléments plus complexes. De fait, la pyramide des compétences est globalement bien équilibrée.

    Le combat, contre l'environnement ou les autres joueurs, reste l'élément central et est bien équilibré. Il demeure une part de "chain-clic" nécessaire à la progression mais la diversité des monstres, par exemple, rend l'exercice finalement assez plaisant. Des quêtes annexes, appelées équipées, permettent de relever quelques défis en équipe et contribuent à rompre la monotonie.

    La philosophie de développement est également très appréciable. L'équipe de dév n'a jamais été aussi nombreuse, compétente et motivée. Les MàJ, plus ou moins importantes, s'enchaînent avec souvent comme fil conducteur, les propositions des joueurs. Un énorme plus pour un jeu 100 % bénévole.
    A l'exception des graphismes vieillots, l'ensemble du GP est cohérent, agréable à jouer. La conception est bonne, le développement est de qualité. Bravo !

    L'utilisation de personnages secondaires fausse tout le jeu et déstabilise l'économie virtuelle, une dérive "autorisée".

    Impossible de pas mentionner les dérives de ce GP cependant. Sur Landes Eternelles, vous avez la possibilité de jouer 1 à 3 personnages de front. Il s'agit des "alts", dérivé de l'anglais "alternate character". La principale dérive et la plus dommageable est dans la sur-utilisation de ces alts, malgré des règles supposées contrôler leur utilisation.

    Prenons un exemple simple. La récolte dans les Landes, permet avec une faible probabilité, d'obtenir des pierres rares. Si un même joueur contrôle 2 personnages, qui récoltent tous les 2 de front, il aura 2 fois plus de chance d'obtenir ces fameuses pierres rares. Si ce même joueur s'allie au sein d'une alliance, appelée Gilde, dont tous les joueurs contrôlent chacun une paire de personnage, les probabilités de récupérer ces objets rares explosent.

    Les conséquences directes sont dévastatrices pour un environnement persistant (qui impliquent que les anciens sont déjà très avantagés par rapport aux nouveaux) ayant malheureusement peu de joueurs débutants. La sur-génération d'objets rares, concentrés dans les mains de groupes de joueurs, déstabilise profondément le marché. Ils se retrouvent à la tête de fortunes et peuvent donc acquérir tous les objets d'intérêts du jeu. Le monopole s'étend ensuite à tous les objets dérivés, puis finalement aux niveaux de compétences, créant un fossé énorme entre joueurs.

    On observe alors des joueurs possédant plusieurs exemplaires d'armures ultimes, armes magiques, et autres objets rares, obtenus par l'utilisation abusive de personnages secondaires et d'échanges habiles pour contourner les règles.

    II - Le Rôle-Play & l'Animation

    Passionnant et prenant, le RP anime toujours les Landes

    Pour tous les amateurs de RP, Landes Eternelles est une plateforme exceptionnelle pour pratiquer et s'investir dans le développement d'un personnage. Malgré des hauts et des bas, au gré de la présence des uns ou des autres, il tient encore la route. Il est tout à fait possible de vivre son personnage, dans un environnement complexe, tant politique que historique. 

    Une des choses les plus plaisantes, est sans doute l'immense liberté d'action que chacun peut avoir. Il y a une place pour chaque type de jeu, même si le combattant bourrin peut souvent prédominer.  Soutenu et critiqué par une équipe d'Animation très active, il est possible pour un joueur lambda de devenir moteur d'action d'envergure. La communication est également très bonne entre les Animateurs et les joueurs, ce qui favorise de jolies actions. 

    Au gré des rencontres, vous pourrez croiser des bons, des vilains, des gentils-vilains et des vilains-gentils, des bourrins, des philosophes, des contemplatifs, des explorateurs... Bref. Un joyeux mélange de cultures qui rend chaque échange très plaisant !

    Les limites floues entre Rôle-Play & Hors Rôle-Play sont très dommageables
    De manière purement factuelle, la pratique du RP est difficile. Elle implique de laisser ses émotions au vestiaire et de se concentrer sur les réactions probables du personnage.
    Plusieurs éléments viennent perturber ceci. 

    Comme mentionné plus haut, les alts sont un trouble majeur dans la qualité du RP. En effet, des infos transmises à un personnage peuvent être malheureusement utilisées par le personnage secondaire du même joueur. Les exemples sont légions. Sans mentionner également la concentration de "pouvoirs" entre les mains d'un seul joueur par la combinaison de plusieurs de ses personnages ... Les collusions sont très nombreuses.

    La pratique du RP ne peut se faire en continue. Elle implique des pauses, des séances de HRP (pour aller passer des niveaux par exemple) . Certains en profitent donc pour jouer sur la zone du grise du "je fais du RP mais un peu quand je veux", sans tenir compte des conséquences induites. 

    A l'instar des jeux RP que l'on peut faire autour d'un plateau avec des amis, des belles amitiés et inimitiés peuvent apparaître à travers les échanges entre personnages. Une petite incompréhension, une dispute, un affrontement qui dérive sur des terres plus fertiles à l'exagération et qui se conclue par des menaces physiques, du chantage ou autre doxing...  

    Finalement, je regrette qu'il n'existe pas une dimension "éducative" au RP par l'Animation. Le RP se joue mais s'apprend également. 

    III - Gestion courante & Modération
    De nombreux modérateurs veillent au grain ... 

    Un des points positifs est la réactivité de l'équipe de modération, nombreuse et plutôt juste dans ses actions, privilégiant toujours le dialogue plutôt que la sanction brute. Appréciable dans ce monde actuel de trolls divers. 

    ... mais qui se lient d'amitié avec certains joueurs.

    Et ces derniers en profitent pour se vanter allègrement de prendre l'apéro chez la modératrice ou de profiter de sa piscine... Le trouble est donc jeté et les sanctions suivantes (ou plutôt non-sanctions) sont alors critiquées. 
    Dommageable pour l'ambiance de la communauté et la crédibilité. 


    IV - Conclusion
    Landes Eternelles est un jeu plaisant à jouer, qui nous occupe depuis de nombreuses années. Il attise les passions, suscite des colères, bref, il fait vivre ! Comme toujours, je conclurai par une invitation à vous faire un avis personnel en venant l'essayer. Le plus difficile sera de passer la première heure de jeu, qui peut s'avérer un brin compliquée et rebutante. Choisissez donc une heure de grande affluence ou inscrivez-vous sur le forum auparavant. Avec un bon guide (et la communauté est remplie de joueurs aidant) , les premiers pas seront plus agréables !
    0 personne a trouvé cette critique utile.
  • 1 juin 2020
    5 personnes sur 6 ont trouvé cette critique utile.
    Par Phedre.
    J'ai découvert Landes Eternelles exactement comme ça, sur JOL. J'ai dû lire une critique, comme tu lis la mienne en ce moment. C'était il y a un paquet d'années. Comme de nombreux joueurs, Landes Eternelles a accompagné une bonne partie de ma vie. Par intermittence, certes, mais jamais à la légère.

    Au-delà des différents aspects gameplay, c'est de l'âme de ce jeu dont j'ai envie de te parler. C'est peut-être de cette manière seulement qu'on peut appréhender Landes Eternelles. Il faut que tu imagines un village. Une communauté assez réduite où tout le monde se connaît. Un village avec son lot d'amitiés et d'inimitiés, avec des parcours différents, des envies différentes. Un village auquel on s'attache, une communauté plurielle, où chacun imprime sa couleur personnelle. Des caractères forts, des individualités prononcées, ce qui ne masque jamais le sens de l'entraide et même souvent de la bienveillance. Dans ce village, certains vont incarner un rôle et écrire collectivement la suite de l'histoire, d'autres feront progresser les compétences de leur personnage et joueront un individuel ou en équipe.

    Le gameplay est sobre, ramassé à l'essentiel. On ne se noie pas dans les informations et il est facile de s'y repérer. C'est peut-être ce que j'aime, finalement. Que les choses soient simples tout en restant complexes en même temps. Une diversité dans le choix des métiers, des techniques de combat, des lieux à découvrir, des secrets à déchiffrer, des objectifs sans cesse renouvelés, des missions quotidiennes, de nombreuses manières de jouer en coopération ou les uns contre les autres.

    Le roleplay est l'aspect de Landes Eternelles qui me maintient le plus ici. Je connaissais le roleplay de très loin avant de télécharger Landes Eternelles. Jouer un ou plusieurs rôles, comme au théâtre ou au cinéma, est un plaisir fou. Une évasion. J'ai fini par pousser le vice de l'écriture sur des forums roleplay consacrés à d'autres univers. Si tu es familier de ces jeux de rôle, tu auras la possibilité de jouer ton avatar autant sur le forum, y prendre le temps d'écrire, ou bien apprécier de pouvoir l'incarner en temps réel, directement en jeu. C'est vraiment le gros plus, je trouve, cette possibilité de basculer d'un mode de narration à un autre. Je l'ai difficilement trouvé ailleurs.

    Tu l'auras compris, tu te trouves dans un univers extrêmement riche, en évolution permanente depuis sa création (2004 ! ) . Tu seras amené à entrer dans la peau d'un personnage et à le faire évoluer. Il pourra être jeune ou pauvre, intelligent ou stupide, caractériel ou facile, malhonnête ou intègre, insensé ou réfléchi. Il sera elfe, nain, humain, entrera en relation avec d'autres joueurs, rebâtira des cités, construira des alliances, déclarera des guerres. Il s'enrichira honnêtement ou non, pourra diriger son peuple ou sa guilde, placera ses pions sur l'échiquier. Quelle que soit l'orientation que tu lui donneras, elle pourra avoir un impact sur l'environnement et marquer l'histoire.

    Il faut que tu comprennes que le développement de ce jeu tourne autour des contributions des joueurs. Ce sont eux qui permettent son évolution constante. Autant sur son histoire, que sur le développement gameplay. Tu es encouragé à donner ton avis, proposer une idée, des corrections, parfois même à travailler seul ou en équipe sur un projet qui va être la base d'une des mises à jour quasi mensuelles en ce moment.

    On est sur du "fait-maison". Landes Eternelles est porté par une équipe de bénévoles motivés qui ont finit par rendre ce jeu beaucoup plus attractif sur le plan gameplay que ne l'est Eternal Lands, version originale sur laquelle il a été conçu. Ce MMORPG international aux formules payantes comptabilise pourtant bien plus de joueurs actifs. Ce qui me frappe le plus, c'est de voir à quel point ce village que tu crois connaître, se trouve changé à mesure de tes visites. Comme un enfant qui grandit et que tu redécouvres à chaque fois. Il y a eu des hauts et des bas, des périodes de crise où des choix ont dû être pris pour changer la direction du jeu. Au fond, ce qui est à retenir, c'est l'agilité et la passion que manifeste cette communauté pour continuer à vivre une aventure qui a commencé il y a plus de 15 ans. Une durée de vie rare pour un MMORPG, exceptionnelle pour un jeu gratuit.

    Je lis les autres critiques. Il y en a des très bonnes, probablement écrites par des joueurs convaincus. Il y en a des très mauvaises, probablement écrites par des joueurs sanctionnés. Mais au-delà de la part d'objectivité et de subjectivité que témoignent chacune d'elle, il y a peut-être un point commun qui les relient toutes. Aucun de ces joueurs, qu'ils soient enthousiasmés ou déçus, cyniques ou passionnés, n'est resté indifférent à ce jeu. Landes Eternelles canalise toute sorte d'émotions contraires, et il est bien rare qu'on s'en éloigne totalement. Nous avons tous un attachement particulier à ce jeu. Il est intraduisible. Il ne peut se comprendre ni par ces graphismes d'une autre époque, ni par la richesse de son environnement rôle play. Il y a comme un supplément d'âme qui nous relie tous. Et c'est peut-être ça finalement, qui rassemble cette communauté de joueurs si hétéroclite et disparate.
    5 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 25 mai 2020
    1 personne sur 6 a trouvé cette critique utile.
    Par Choukar
    Le titre de la critique dit tout.

    Je suis joueur depuis quelques quelques mois déjà (merci le confinement pour la découverte) , je connais donc plutôt bien le jeu. Ce jeu possède, malgré son âge avancé, un grand potentiel. Les outils mis à disposition sont particulièrement adaptés à en faire un grand jeu de Rôle en ligne. Le background est soigné, extrêmement complet, on sent l'imagination de dizaines de joueurs qui ont réfléchi pour donner au monde une âme et une saveur unique. Même si le graphisme est complètement moisi, fade, et polygonique, le principe est très attirant, et on se prend vite au jeu (ce qui est d'ailleurs la raison pour laquelle 15 ans après sa sortie, il y a encore quelques joueurs) .

    Première désillusion : le côté Jeu de Rôle, censé être un "argument marketing" pour venir jouer

    Sur le papier, le RolePlay et le Gameplay sonnent bien ! L'occasion pour toi de te prendre à ce loisir magnifique qu'est le RolePlay et d'incarner ton personnage. En pratique, le RP est extrêmement élitiste, les animations cousuent de fil blanc, les joueurs pratiquant vraiment sont au nombre stratosphérique de... 5, et les MJ (maître du jeu, donc la Très Sainte Equipe) ne laissent quasiment aucune place à l'imprévu, se marchent dessus, et rappellent sans arrêt les événements passés au lieu d'aller de l'avant et de construire de la nouveauté... une belle équipe de bras cassé.

    Deuxième désillusion : la communauté

    Ici, c'est facile. Le jeu est gangrené par une population de joueurs fous. Harcèlement, insultes, foire d'empoigne... L'équipe de modération est complètement partiale, et laisse passer des événements aberrants (fun fact : Des joueurs ont cassé le jeu il y'a quelques années, et on ainsi dupliqué des milliers d'items. Cette triche, qui vaudrait une exclusion définitive des auteurs dans n'importe quelle société sensée, ne leur a rien coûté du tout. Toujours là, les petits rigolos paradent à droite à gauche, détruisent une économie de jeu déjà fragile à cause du faible nombre de joueurs, et sont intouchables) . Et de l'autre côté, cette même équipe de modération inflige des sanctions démentielles pour des toutes petites incartades, et donc par conséquent n'a strictement aucune crédibilité. (autre fun fact : des joueurs harcèlent d'autres joueurs, et plutôt que de se faire bannir comme dans toute société sensée, ils sont mis sur la touche pendant quelques semaines seulement. Alors que ces insultes durent depuis des mois, peut être même des années) . L'ambiance est nulle.

    Troisième désillusion : Le Gameplay en lui même

    Du fait de la triche omniprésente et du faible nombre de joueurs, l'économie du jeu est complètement déséquilibrée. Les objets cheatées sont légions dans les entrepôts des joueurs. Impossible pour le nouveau joueur de se faire une place sans être au chômage et jouer 15 heures par jour. Ce qui est impossible vu la qualité du jeu. Ou alors il faut être fou ! Ce qui explique le nombre de joueurs avec des prédispositions pour la folie !   Il y'a quand même des nouveautés assez plaisantes, mais qui deviennent vite inutiles.

    Le jeu n'a AUCUNE difficulté, il est juste chronophage. Un autre joueur l'a parfaitement résumé dans une précédente critique, qui est (malheureusement) toujours d'actualité.

    La faucille tout d'abord.

    Le jeu vous place ici dans la position d'un honnête moujik arrachant sa subsistance à la terre de la mère patrie. Commencez d'abord par ramasser des légumes (les fameux rutabagas) , jusqu'à devenir suffisamment fort pour travailler dans les mines de charbon. Le principal avantage de cette voie est que l'on peut récolter ou miner tout en étant afk, ce qui permet de faire des choses réellement utiles simultanément, comme, par exemple, jouer à Candy Crush. Le marteau maintenant. Découvrez ici les joies et les bienfaits de la révolution industrielle. Dans une approche tayloriste, prenez part à une chaîne de montage en assemblant des quantités toujours plus grandes du même objet, lequel sera ensuite utilisé afin de créer un autre objet, puis un autre et encore un autre, jusqu'au produit fini... Que vous n'aurez probablement pas les moyens de vous payer, à moins d'être un authentique stakhanoviste du clic (le jeu en est rempli) .

    Tout est dit ici, mais le répéter ne fait de mal.
    On pourrait continuer encore longtemps, mais la critique serait trop longue.

    Si je peux vous donner un conseil, à vous qui me lisez : FUYEZ ! Passez votre chemin, et ne jetez pas un regard en arrière. Sauf si vous avez beaucoup de temps à perdre... Ce qui convient en période de confinement !
    Publié le 25 mai 2020 à 21:36, modifié le 25 mai 2020 à 22:48
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 11 mai 2020
    Path of Exile est un jeu très technique avec un nombre incroyable de possibilités, peut-être le jeu qui pourrait être tout simplement incroyable en termes de richesses possibles de gameplay.

    Et pourtant, tout pêche par orgueil :
    * avec une gestion du lag et du framerate très très punitif.
    * des patchs et des upgrades qui cassent complètement la plupart des builds longuement réfléchis.
    * des objets indispensables pour le HL sinon tu passes des mois pour leveler voire des années sans pouvoir atteindre le niveau max car à chaque mort tu perds beaucoup d'xp durement gagnés.
    * aucun soutien technique ni des gamemaster, ni de personne d'ailleurs.
    * aucune souplesse ou si peu pour respec ton perso, il faut farmer chaque point en espérant ne pas se tromper, ce qui oblige tout le monde à aller sur les forums et les sites spé pour copier les builds des spécialistes et encore si tu trouves par exemple un objet qui serait utile mais en changeant un peu trop ton perso, c'est plus rapide d'en créer un nouveau...
    * un manque de transparence de l'utilisation de pas mal de choses, même avec les sites et forums en place il y a pas mal de flous et c'est voulu. Dommage, pour tester certaines combos quand on ne sait pas si cela fonctionne ou non et qu'on a basé le perso là-dessus.
    * C'est un jeu d'Elite pour les Elites, les autres, passez votre chemin car c'est eux les meilleurs et pas vous, du coup bye bye après avoir beaucoup insisté pourtant...

    J'attends d'un jeu qu'on s'y amuse et qu'on puisse réfléchir et élaborer des tactiques, des techniques patiemment élaborées certes, là je ne m'y retrouve plus, passé le niveau 90 c'est plus une sinécure qu'autre chose.
  • 26 avril 2020
    Parce que c'est le confinement et que payer une deuxième fois Monster Hunter World plus son extension me faisait suer. Parce que les armures de 150 Kg à vue de nez et les monstres qui se sauvent à travers des décors incompréhensibles, y en a marre, j'ai testé Dauntless avec ma femme.

    Sur le papier :
    - un MHW gratuit, c'est toujours meilleur quand c'est gratuit
    - des graphismes tout lisses tout mignons
    - des armures moins abusives que l'original, en même temps difficile de faire pire
    - un gameplay plus simple : moins d'armes, moins de possibilités, moins de fun ?

    Jeu en main :
    - le cash-shop est là, bien sûr, mais la progression est malgré tout rapide sans, à aucun moment je n'ai eu l'impression d'y être contraint
    - les animations des déplacements ont été codées par Mister Hémorroïdes, surtout celles des femmes. Non mais c'est quoi ces démarches de cow-boy écossais ?
    - une bonne variété d'armures, pas trop difficiles à crafter et qu'on peut améliorer mais sans effet de set (et ça, c'est mal) .
    - un gameplay plus profond que prévu, même si on reste assez loin du modèle.

    Lorsqu'on se lance avec son avatar (qui vient d'avoir une faiblesse des sphincters, je reste traumatisé par les animations) , on découvre un monde ridiculement simpliste comparé au scénario plus poussé - mais parfois aussi un peu pénible - de MHW. Et en même temps, qui a joué à l'original pour son scénario ? Levez la main ? Voilà. On est directement plongé dans des raccourcis qui permettent d'aller à l'essentiel : la chasse, l'équipement et re-la chasse.

    Au début, il est facile de croire qu'on a une version simpliste de MHW : les armes s'utilisent plus facilement et les monstres paraissent plus lents et faciles à tuer, sans parler du fait qu'ils sont plus facilement repérables, que les cartes sont moins complexes et que le monstre ne se sauve qu'une fois (et encore, s'il en a le temps) . Bref, c'est vraiment la version F2P avec tout ce que ça peut comporter de dégradations en termes de qualité. Sauf que ce n'est pas si tranché, dès lors qu'on s'intéresse au fonctionnement des armes.

    Première constatation à ce propos : mais où se trouve donc la zone d'entraînement ? Elle brille par son absence et il sera bien entendu impossible de sortir son arme en ville pour tester quoi que ce soit. On est donc condamné à tenter de comprendre comment tout ça fonctionne directement sur le terrain, au risque de léser le reste du groupe qui n'a rien demandé et se retrouve pourtant avec Joe Lenoob et sa hache en carton-pâte. Autre gros écueil : méhoukilé le tutoriel des armes ? Non parce que pas de zone pour les tester déjà, bon, mais aucune explication sur l'utilisation ? C'est clairement abusé ! Et moi qui trouvais que les indications de MHW étaient insuffisantes ! Sur Dauntless, il faudra se contenter de vagues explications sur la nature des différentes armes (et encore, seulement celles de base) ou aller sur Youtube pour comprendre de quoi il s'agit. Alors oui, la solution existe mais attendre des youtubers qu'ils fassent le boulot des développeurs, c'est clairement se moquer du monde. Autant directement mettre des liens dans le jeu, tant qu'on y est.

    Deuxième problème : l'équipement. Le moindre changement de pièce fait sauter les cellules (sortes de gemmes avec un bonus) qu'on avait posé dessus. Si vous voulez garder vos cellules en place, il faudra ne plus toucher à rien au risque de devoir tout remettre et refaire votre set à chaque fois. Sans pouvoir l'enregistrer, bien sûr ! Alors on peut passer d'un équipement à l'autre via des "emplacements" de set qui sont bien entendus limités et déblocables trèèèèès lentement... ou payables via le cash-shop. Ce n'est pas P2W, non-non, c'est P2NBC (pay-to-not-become-crazy) .

    Troisième inconvénient : le mode de fonctionnement du multi. Là, on touche au sublime. Il est plus facile de tuer certains monstres à deux qu'à quatre. En effet, la force et la résistance du béhémoth est calculée sur le nombre de joueurs (bon, ça OK) , mais le niveau de danger (jauge de défaite, en gros) est également calculé sur... le nombre de morts ! Or, lorsqu'il atteint 100 % , il devient impossible de relever ceux qui tombent, ce qui diminue drastiquement les chances de victoires lorsque vous jouez avec Gean-Djaysonne et son pote Joe qui auront tôt fait d'aller pétrir le gazon jusqu'à épuisement de toutes les solutions pour les relever (mais est-ce souhaitable ? ) , vous laissant affronter seuls le béhémoth pimpé pour quatre. Pire ! En dehors de quelques potions dont le nombre est limité à chaque chasse, la seule façon de se régénérer (sauf si vous disposez d'un équipement alloué) est une zone proche du monstre, que vos compères d'un jour se chargeront de siphonner dès le début pour éviter de mourir (avec le succès qu'on sait) . En résumé : votre pire ennemi n'est pas la créature que vous chassez mais les chasseurs à vos côtés. S'ils sont bons, le monstre tombera vite mais s'ils sont mauvais, vous serez punis systématiquement avec une quasi-impossibilité de vous en sortir quel que soit votre talent, car le temps est limité. Comme dans beaucoup de jeux multijoueurs casualisés qui n'ont pas assuré de barrage en amont des vraies menaces, la principale difficulté dans Dauntless, c'est le pick-up.

    Alors pourquoi donner une si bonne note à ce titre malgré tous ces défauts. Eh bien parce que la sauce prend. Les armures plus soft (mais toujours relativement moches, n'ayez crainte) , l'aspect moins fouillis des décors, les monstres moins imprévisibles, permettent de mieux aborder le jeu qu'un MHW, trop exigeant pour le commun des mortels. C'est une bonne introduction au genre, avec suffisamment d'identité et de spécificités pour parvenir à justifier son existence.

    La musique est très bonne et participe à l'ambiance générale. On lui trouve des accents wagnériens dignes de John Williams par moments, en totale contradiction avec l'aspect simpliste du jeu en général, mais pourtant bien intégrée et si agréable qu'elle ne paraît pas décalée. Le classique passe partout, quoi qu'il arrive.

    Dans les bons points, les armes ont sans conteste leur place. Ici, la comparaison avec MHW est très nette : il y en a moins et elles sont plus simples. Pas besoin d'activer trois parties différentes d'une arme à travers une suite de combos, de remplissage de jauges ou d'allumage de lames pour parvenir à un résultat probant. Après quelques passages obligatoires par Youtube, on prend en main l'arme de son choix et on s'y acclimate plutôt rapidement. On perd en profondeur mais on gagne en satisfaction sans sombrer dans la répétitivité, car chaque Béhémoth devra être affronté différemment, vous obligeant à changer d'arme ou à adapter votre style. De plus, chaque arme dégage vraiment une identité et un gameplay unique, sans parler d'une utilité différente. Certaines cassent la carapace, d'autres blessent, assomment, posent des buffs ou des débuffs ; chacune a son rôle propre. Avec de la bonne volonté, on peut vraiment jouer ensemble et pas seulement à côté les uns des autres.

    Les armures n'ont pas d'effet de set, mais on se prend vite au jeu des combinaisons pour placer les bons effets de base avec les bonnes cellules pour obtenir l'effet souhaité. L'aspect de l'ensemble n'est pas toujours heureux (on sent l'appel du cash shop pour recouvrir tout ça avec un skin) , mais le build, plus rapide et accessible que les crafts longs et complexes de MHW, devient la principale préoccupation. On cesse de traquer les monstres dont on a craft le set pour se lancer dans les patrouilles qui donnent les élément pour le monter (toujours le même en fonction du type de béhémoth, c'est beaucoup plus simple et rapide que MHW) . Puis, vient le moment de farmer les parties pour dépasser le niveau 5, et ainsi de suite...

    Les Béhémoths paraissent tous plus ou moins identiques et le jeu reprend le concept des "alphas" de MHW avec des versions élite de ses propres bestioles. Pourtant, on croise des monstres bien particuliers, comme le Rift Stalker qui utilise des portails tel un éliotrope sous amphétamines, ou le Koshai, sorte de griffon au corps de belette qui creuse des tunnels et remplit l'espace de combat de ronces. Le Valomyr se téléporte et fait apparaître des feux-follets explosifs tandis que le Boreus se couvre soudain de givre qu'il faut briser en accumulant des buffs sur les créatures qui apparaissent durant tout le combat. L'esquive n'est pas seulement basée sur la position de votre personnage. Dans MHW, on se prend le coup qu'on esquive ou pas, si on est dans la hitbox du monstre. Dans Dauntless, on passe littéralement à travers le béhémoth qui vous foncent dessus. Moins réaliste, mais plus sympa en termes de gameplay. Gros malus sur les bodyblock des autres joueurs et des pattes du monstres, qu'on lance l'esquive ou pas. Ce n'est pas logique et c'est très frustrant quand un péon vous empêche de sortir d'une zone d'AoE ou quand le boss tourne sur lui-même avec le même résultat, sachant qu'on le traverse lorsqu'il charge.

    En conclusion :
    Dauntless est ce qu'il prétend être, un Monster Hunter gratuit, plus simple et accessible que son proche cousin. Moins riche et moins fouillé, c'est pourtant une excellente introduction qui trouve sa place dans un genre sous-représenté dans nos contrées, écrasé qu'il était par une seule licence. Je le recommande en groupe déjà formés, le pick-up étant l'élément le plus frustrant du jeu, surtout pour un joueur débutant.
    Publié le 26 avril 2020 à 20:34, modifié le 26 avril 2020 à 20:40
  • 8 mars 2020
    Par JP84
    Travian, jeu très prenant mais excessivement lent et cher (carte bleue nécessaire si on veut avancer un peu plus vite dans les constructions de bâtiments, ou entrainement de troupes par exemple, mais pas nécessairement) .
     
    On nous donne au départ un village à exploiter grâce à des champs de récoltes de blé, des carrières d'argile, et des mines de fer. Le tout permet de créer des bâtiments, des troupes militaires, des échanges de commerçants, etc. On nous donne aussi des challenges à faire, des aventures qui rapportent des cadeaux pour le jeu et des enchères où on peut acheter et vendre. C'est très bien fait et très intéressant mais l'évolution est très lente.
    Il y a plusieurs Travian différents et avec des vitesses différentes. Il ne faut pas se tromper à l'inscription car l'ennui s'installe au bout d'un mois à force d'attendre et attendre encore que le jeu avance malgré les paiements.

    Mon avis : à essayer pendant un mois puis après, à vous de voir si vous avez le temps de continuer avec beaucoup de patience aussi.
  • 22 févr. 2020
    2 personnes sur 2 ont trouvé cette critique utile.
    Par Flamby17
    Un jeu [...], j'ai payé pendant presque deux ans et du jour au lendemain, après un conflit avec une de leur pote qu'ils n'ont donc pas voulu virer ([...]) , ils n'ont pas voulu me rembourser. Ce sont des [...] qui laissent couler le harcèlement et les injures sur les honnêtes gens. De plus, j'ai appris que mes chevaux n'ont pas été supprimés du site, mais donné à des joueurs comme ça sans mon accord. Depuis quand cela se fait-il ? Je n'avais jamais vu cela et ce même sur equideow qui était dans le même cas ! [...] ! Il n'y a que cela qui les définis, le gameplay est nul, il n'y a pas d'histoire, les animations sont répétitives et inintéressantes sauf en payant ; d'ailleurs ils me doivent 50 euros, c'est une honte ! Honte à eux de ne pas me rembourser comme ils le devraient, honte à eux de voler les honnêtes gens et honte à eux de ne pas assumer surtout en niant tout en bloc après (oui j'ai des screens où [...] nie tout en bloc ! )

    Bref, à éviter à tout prix !
    2 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 25 déc. 2019
    Le jeu est une réussite graphique. Par contre je me suis rendu compte que je ne m'amusais pas en jouant à ce jeu. Pourtant je me suis accroché, j'ai bien joué 45 heures.

    Mais le match making est frauduleux. Un petit exemple parlant : j'ai été gold pour avancer plus vite. Je n'ai jamais fait plus de 4/5 kills par partie. Une fois mon abonnement expiré, je suis passé à 5-10 kills par partie. Par contre je n'avançais plus, puisque je ne payais plus. Dommage ! Alors j'ai repayé. Et là rebelote, pas plus de 4/5 kills par partie au max. Bizarre...
    On se retrouve dans des parties où ça ne sert même plus de "jouer", puisque le canon est incapable de percer autre chose que les chenilles des adversaires. Et comme la progression se fait au kill, pas moyen d'avancer.
    Les chars anglais passés le rang 3 ne peuvent même plus s'écarter des routes par manque de puissance.
    Par contre, les chars russes (tiens, les dev sont russes) sont rapides, précis, tuent en un coup et ne risquent rien. Pareil pour les avions et les bateaux. Je ne savais pas qu'historiquement, les russes avaient été si en avance sur les autres nations. Bref les parties peuvent vite se résumer à du tir au pigeon.
  • 14 déc. 2019
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Par nugrevan
    Jouant à LoL depuis environ un an, j'ai déjà passé plus de cent heures sur le jeu, et au moins le triple à en parler avec mes amis !
    Même si le principe est relativement simple à comprendre, le jeu est doté d'une incroyable variété de champions, styles de jeu, objets, situations uniques, qui font selon moi la quasi immortalité du jeu.

    Lors de mes débuts, j'ai testé avec empressement les nouveaux champions à leur sortie, appréciant enfin un jeu avec des mises à jours régulières et du contenu nouveau où il n'est pas nécessaire de farmer 50 heures pour le tester !

    Mais actuellement, League of Legends nous réalise un coup de maître, avec trois nouveaux champions en moins de deux mois, et plusieurs nouveaux jeux, réalisés par Riot Games, ou dans l'univers de LoL, par d'autres studios, grâce à la création de Riot Forge.
    Ils prouvent leur maîtrise totale du domaine du jeu vidéo, et n'ont sans aucun doutes pas fini de nous surprendre.

    Je n'ai plus qu'une chose à dire : GG à eux pour leur talent, et la qualité de leur travail.
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 25 nov. 2019
    2 personnes sur 2 ont trouvé cette critique utile.
    Par Avatar de cpinpon cpinpon
    Voilà comment on pourrait résumer Ruckball.

    Simple !

    Alors oui, les règles sont faciles à comprendre, il suffit de marquer dans le but de l'adversaire. Plusieurs tactiques sont possibles : les passes, les évitements ou le passage en force. En effet, il est possible de frapper les adversaires pour les mettre KO quelques secondes.
    Et c'est là que tout se complique, parce que les maps (2 pour le moment mais une 3e dans les prochains jours...) sont suffisamment petites pour que la confrontation soit inévitable.

    Nerveux !

    Il va donc falloir réagir très vite et anticiper les rebonds tout en évitant les défenseurs agressifs qui se jettent sur vous pour stopper votre progression. Pourtant à partir de là on pourrait se dire "ok donc on se met en face on lui décoche une droite violente et merci pour la balle ! "

    0 Gravité !

    Si seulement... parce que j'ai "oublié" (oui enfin faut lire le titre aussi hein ! ) de parler du fait que ça se passe sans gravité ?   Il n'y a donc pas de haut ou de bas ! On peut survoler l'adversaire ou passer en dessous aussi en plus de chaque côté ! La balle est aussi soumise à cette contrainte et pourra très facilement vous lobber, plonger ou faire un rebond sur chaque mur rencontré qui vous fera perdre le sens de l'orientation (sans expérience, on aura vite fait de ne plus savoir où se trouve le but adverse) lorsque vous serez à sa poursuite !

    Univers futuriste

    Vous l'avez compris, ce sera dans un contexte futuriste (un peu ressemblant à TRON je trouve) que vous jouerez des parties au maximum en 3vs3. Votre perso est customisable mais bon, c'est pas le point fort du jeu parce qu'à part le sexe à choisir, les nuances sur le bleu ou le rouge (du fait de l'équipe dans laquelle vous jouerez) et trois armures différentes, on ne passe pas une heure comme dans certains jeux pour le personnaliser... Les maps sont très bien faites (l'une d'elle est pleine d'angles et intègre même des accélérateurs à la manière d'un flipper tandis que l'autre est littéralement un zigzag ! )

    Pour le moment, les seuls vrais défauts que je pourrais lui reprocher, c'est le manque de joueurs (noyé dans le torrent de titres steam, il a malheureusement dû passer sous le nez de joueurs aimant ce type de jeux) et uniquement deux maps. Maintenant, les mises à jours sont régulières (la prochaine sera pour bientôt avec notamment une nouvelle map que j'ai eu l'honneur de tester en avant-première...) . Les développeurs sont particulièrement à l'écoute et n'hésitent pas d'ailleurs à venir jouer avec nous !

    Actuellement, on peut soit jouer sur un serveur dédié en match rapide, soit en créant sa propre partie en mode custom. L'inconvénient avec celle-ci est qu'on devient l'hôte avec les risques de latences que ça peut provoquer pour les autres joueurs... Il sera possible aussi bientôt sur cette dernière, de la customiser totalement (pour le moment on se contente de créer et la map est choisie au hasard) .

    La jouabilité se fait avec le clavier à la manière d'un FPS ou via une manette. Personnellement, je préfère la première du fait de sa réactivité mais si certains joueurs sont habitués au double stick pourquoi pas...

    Bref, si vous voulez un jeu de sport qui joue avec la gravité, les réflexes, l'agressivité (indispensable parfois) et surtout le teamplay (actuellement je joue en 2vs2 et c'est particulièrement violent lorsque les deux teams sont au même niveau alors en 3vs3...) , passez faire un tour sur Ruckball, il est gratuit et sur Steam !

    Edit : Depuis quelques jours des ajouts ont été fait notamment
    - une boutique,
    - une nouvelle map,
    - un système de gravité selon la map (assez perturbant quand on était habitué à la gravité 0 ! ) ,
    - un shield façon Sonic assez marrant et potentiellement intéressant pour se protéger / enfoncer la ligne adverse,
    - un leaderboard où l'on peut consulter son profil selon ses actions IG (uniquement sur les parties disputées en Quickplay) ,
    - la possibilité d'avoir plus de contrôle sur la balle et ça c'est un vrai plus pour le gameplay !
    Publié le 8 nov. 2019 à 10:17, modifié le 25 nov. 2019 à 13:49
    2 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 6 nov. 2019
    Par Gonger
    Planeshift est un MMORPG qui n'est pas le classique F2P, mais qui est ENTIÈREMENT gratuit : pas de coûts cachés, aucun moyen de gagner des avantages dans le jeu en payant. La seule chose qui compte est comment vous jouez le jeu et votre personnage.

    La langue de jeu est l'anglais, orientation fantasy, un monde détaillé et élaboré (par exemple, il y plusieurs librairies dans le jeu) . Si vous n'êtes pas intéressé par des jeux de rôle, PlaneShift n'est probablement pas pour vous. Mais il permet de créer personnage, de rencontrer d'autres personnages, de suivre des quêtes nombreuses, de devenir un artisan ou un barde, vous êtes libre dans votre évolution.
    Le jeu est développé par une communauté de volontaires, et c'est pour cela qu'il est 100 % gratuit, et le restera toujours.
    Actuellement, le jeu entier est en cours de migration vers l'Unreal Engine, ce qui va résoudre beaucoup de problèmes graphiques.
    Participez au jeu et au développement d'un monde fantastique, accessible à tout le monde: PlaneShift est disponible pour PC, Mac, Linux !
    A bientôt,
    Gonger
    Publié le 3 nov. 2019 à 13:31, modifié le 6 nov. 2019 à 23:11
  • 1 oct. 2019
    4 personnes sur 4 ont trouvé cette critique utile.
    Par pecfred43
    Bonjour a tous,
    Je joue à ce jeu depuis ses débuts ! Cela fait donc plus de sept ans. Au fur et à mesure que l'on avance dans ce jeu, il devient nécessaire (indispensable ! ) à partir du tier 8 de prendre un compte premium ! Ce qui vous incite à acheter de "l'or", pour évoluer plus vite, puis des "premiums" pour gagner plus ! Au départ, le jeu était passionnant mais au fil des ans, il se dégrade à en venir injouable. En effet, j'ai un "garage" plutôt complet, avec 46 tiers 10, et une trentaine de chars premium. Mais maintenant, ça ne suffit plus. Malgré votre expérience, vous vous faites laminer par des joueurs utilisant des "cheats" (contraire au règlement) . Mais WOT, après plusieurs "tickets" (email interne) s'en fout royalement. On peut tout subir dans ce jeu (soit disant) jeu : insultes racistes (lors des attentats en France, par ex) , homophobie,  sans oublier sa famille qu'on traite de tous les noms d'oiseaux... Les évolutions de ce jeu sont désastreuses ! Les tirs fratricides sont supprimés, mais vous pouvez vous faire bannir 48 heures parce que, sans vous en apercevoir, vous avez bloqué un char ! Ce qui est mon cas aujourd'hui.
    Pour ceux qui doutent de ce que je dis, je vous donne l'adresse de WOT qui en dit long sur sa légalité, son équité, et sa valeur juridique...

    Wargaming Group Limited
    105, Agion Omologiton Avenue
    Nicosie 1080
    Chypre
    [Le siège social de Wargaming est basé à Minsk, et le studio dispose également de bureaux à Prague.]

    Je vous remercie de m'avoir accordé un peu de temps pour cette lecture !
    4 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 9 juin 2019
    Par Avatar de Reiky67 Reiky67
    Je ne reviendrai pas sur les critiques qui ont été faites et qui résument bien les problèmes des RR, mais pour ma part, j'estime que les problèmes qui émanent du jeu sont avant tout un problème de mentalité entre les joueurs élitistes qui jouent depuis des années et qui veulent garder le pouvoir pour eux tout en favorisant leurs amis, les administrateurs qui refusent les critiques sur le jeu et de remettre en question leurs stratégies et les censeurs qui se comportent comme des dictateurs par exemple, lorsqu'il y a un conflit sur le forum entre deux joueurs plutôt que de jouer le rôle de médiateurs, ils préfèrent clôturer le post puis leur dire qu'ils doivent se débrouiller entre eux en privé.

    Celsius Online pourra proposer autant de nouveauté qu'ils veulent sur les Royaumes Renaissants, tant qu'il n'y aura pas de remise en question de chaque côté, le jeu sera au point mort parce que disons les choses très clairement, il est mort. Cela fait des années qu'on voit des critiques dire que le jeu et en déclin pourtant, il existe toujours avec le même nombre de connecté même s'il ne reflète pas la réalité. Il y a de nombreuses villes et de nombreux villages qui sont complètement laissés à l'abandon, des maires fantômes et des joueurs inactifs.

    Si vous décidez de vous inscrire malgré les critiques négatives, gardez en tête que vous ne devez pas avoir des attentes trop importantes en matière de Rôle-Play, vous serez forcément coincés entre les inactifs et les élitistes.
    Publié le 9 juin 2019 à 15:19, modifié le 9 juin 2019 à 20:34
  • 19 mai 2019
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Par SSSariel
    Je joue à ce jeu depuis avant la 4.0, et de nombreux bons points faisaient d'Aion mon MMO favori.
    Les régions, les styles esthétiques, les joueurs, la beauté des ailes... le système de craft et d'enchantements...
    La progression était connue pour être difficile et longue, mais cela ajoutait un charme particulier au jeu, par les souvenirs créés, les gens rencontrés pour avancer, les longs voyages...
    Les métiers devenaient vite rentables, soit par le biais de la vente, soit pour soi-même (fabriquant parchemins, potions, etc. utiles) procurant un avantage de jeu.
    L'intégration des macros permettait de multiplier la personnalisation de son jeu.
    Quelques tares venaient cependant tacher le tableau : la traduction, la lenteur, les bots présents partout et une absence totale de modération, de support - n'ayant pour ma part pas témoigné une seule intervention en huit ans de jeu -, et le fabuleux système d'ailes et de vol n'était pas souvent utilisé, sauf dans quelques régions.

    Suites aux dernières mises à jour, le jeu a drastiquement évolué.
    De nombreuses critiques sur le fait que le jeu était devenu "pay to win" ont déjà été dites, mais alors, je n'étais pas d'accord. Le jeu était amusant et faisable sans sortir sa carte.
    Mais aujourd'hui mon MMO favori a été changé.

    Commençons par le début. Si l'histoire a été changée, il est du goût et des couleurs de dire qu'elle ne me plait pas. Nostalgie personnelle, ce n'est pas un défaut du jeu. En revanche, la progression a été accélérée. Mais quand je dis accélérée... sachez que le record du monde de résolution d'un Rubik cube est de 0.49 secondes. En 0.49 secondes, vous avez surement le temps d'atteindre le niveau maximum sur Aion. Ayant recréé un compte il y a quelques jours, j'ai deux personnages niveau maximum. En quelques jours. Les quêtes sont délaissées au profit des "quêtes de région" qui vous sont absolument nécessaires pour passer les niveaux, supprimant la grande variété de quêtes qu'offraient les précédentes versions. Certaines cartes étant considérées vieillottes ont été simplement... supprimées. Adieu Verteron, Théobomos, Heiron, adieu les Abysses. Des régions qui pourtant occupaient le temps des premiers niveaux du jeu ; i.e les niveaux où les joueurs avaient le plus de souvenirs. Bien sûr, les nouveaux joueurs n'en souffriront pas... sauf que pour avoir de nouveaux joueurs, il faut déjà des joueurs. Et si on peut critiquer les serveurs vides, les fusions à répétitions qui sont une conséquence de la politique plus que du jeu eu lui-même, le jeu n'est pas en reste.

    Le système de craft est devenu coûteux. Extrêmement coûteux. Dans les précédentes versions, une bourse bien remplie de 400 000 kinah pouvaient vous faire parcourir l'intégralité du levelling de craft. Aujourd'hui pour cette somme, vous montez quelques niveaux et apprenez à fabriquer la minuscule palette d'objets fabricables. 
    Vous aimez les loots ? Passez votre chemin, à chaque tranche de niveaux, il vous est offert un équipement dépassant tous les loots possibles du niveau équivalent. Si vous voulez être fort, abandonnez votre personnalisation. Les armes ne sont plus divisées : un gladiateur peut manier n'importe quelle arme physique, mais ne se verra offrir au cours des quêtes que trois types d'armes, abandonnant deux autres dont l'espadon qui représentait un style de jeu pourtant envisageable avec cette classe.
    Les potions de vie et de mana ont toutes été fusionnées, les macros presque supprimées et la progression est devenue couloir - on va où on veut mais faites donc toutes ces quêtes et rien d'autre si vous voulez avancer - en plus d'être passé à la vitesse de l'éclair.
    L'enchantement est devenu une denrée rare, autant dans les pierres que dans les statistiques de succès. La capitale élyséenne - Sanctum - a été coupée en deux, on ne peut plus rejoindre l'autre partie où se trouvait les halles de marchands, les bureaux de légions, les gouverneurs... retirant ainsi - avec les régions - une partie majeure du contenu du jeu.
    Beaucoup d'autres systèmes ont été rendus plus chers - le changement d'apparence, les légions... et j'en passe.

    Pour conclure cette critique, le jeu a bien changé. Des tentatives pour rafraîchir le jeu sont louables mais au prix d'une perte de contenu gigantesque. Le support est absent, les bots sont légion et la personnalisation ainsi que la fabrication sont réservées à l'élite des cartes bleues. Pour la première fois, le jeu m'empêche de m'amuser. Des parties sont parties, certaines quêtes sont mal traduites où concernent des PNJ n'existant plus, mais un doublage - existant pour certains PnJ mais pas pour d'autres - permet de penser à quel potentiel d'amélioration le jeu possède.

    Merci d'avoir lu cette critique, pour ma part j'arrête le jeu jusqu'à une prochaine mise à jour qui corrigerait ces aspects (on peut espérer ! ) . 
    Si vous découvrez le jeu, il peut vous plaire.
    Mais pas autant qu'il aurait pu vous plaire.
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 13 avril 2019
    0 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Bonjour à tous

    J'ai fini par désinstaller League of Legends.
    Pourquoi ?

    Sur 20 parties dirons-nous, deux vont être d'une ivresse parfaite.
    Deux, des parties agréables.
    Et le reste un vrais cauchemar !
    Je parle des parties dans le solo classé !

    J'adore ce jeu, ça a été ma drogue dure depuis le début.
    Je suis passé part plein d'étapes.
    Les deux premières années, j’étais un vrai noob.
    Avec les réactions qui vont avec. Rage quitte, démotivation dans la partie, prise de tête avec les autres joueurs. Enfin, on connait tous ça, hein !
    Mais je ne faisais pas de parties classées.
    Bref.

    Encore deux années de plus à jouer et à commencer à comprendre certains mécanismes.
    Deux années de plus pour enfin arriver à maîtriser quelques champions, dans les différents postes.
    Avec bien sûr les refontes et les up du jeu. Ce qui veut dire, réadaptation et toutes les habitudes à revoir.
    Bref.
    On s'accroche encore, on va lire les forums, pour voir comment s’améliorer.
    Voir les vidéos pour en savoir plus sur nos champions fétiches.
    On mate les guides pour bien s’équiper.
    On s'informe et améliore son last hit, via l'entrainement.
    Bref, on essaye de bien jouer avec son équipe, de ne pas rage, de ne pas quite, de rester concentrer sur les objectifs, de faire au mieux, en fait.
    Bref.
    Encore quelques années, passées à peaufiner les stratégies et à se dire que ça rentre.
    On est toujours dans le bronze 5 à l'époque.
    Dans le fer 3 aujourd'hui.
    Bref.
    On apprend à plus rien attendre des autres, on fonce tête baissée avec courage et confiance pour essayer de sortir du gouffre du solo Q.

    Mais là, sérieux, je renonce.
    Ce qui me parait le plus lourd dans ce jeu, c'est de voir que cette communauté et vraiment, BoF !

    Mais ce qui m'a fait vraiment désinstaller le jeu, c'est que c'est mission impossible.
    Dans les parties classées, c'est de pire en pire.
    J'hallucine de voir des joueurs qui s'en foutent de massacrer les parties par leurs manque de pratique, leur ego, et j'en passe.
    De voir que les points que tu t'acharnes à faire monter avec peine sont dilapidés en un rien de temps.

    En fait, trop de joueurs non passionnés viennent gâcher les parties classées !
    J'ai joué en partie normale avec des diamant, or, argent, et je peux dire que cela ne veut rien dire.
    Plusieurs fois, je me suis retrouvé avec des gens qui avaient une maîtrise parfaite de leur champions sur le papier et qui jouaient comme des savates une fois en jeu.
    Bref, bon vent.
    0 personne a trouvé cette critique utile.
  • Afficher les critiques suivantes